Un fab lab, c’est pour imprimer des qualités humaines en 3D dans la bibliothèque

Screen-Shot-2012-06-20-at-4.06.59-PM1

Dans un article publié sur Espace B, Gaëlle Bergougnoux, qui complète une maîtrise en sciences de l’information à l’Université de Montréal, se penche sur la question des fab labs en bibliothèque. Elle met l’emphase sur les qualités humaines des fab labs avant leurs capacités technologiques et l’imprimante 3D auxquelles on les identifie. En voici un extrait :

Avant tout, il importe de se demander sous quelle forme nous voulons implanter ces nouveaux espaces et toutes leurs nouvelles fonctions dans la bibliothèque publique (un webinaire d’OCLC et du Library Journal indique un budget de 10 000 à 50 000$ pour monter un fab lab et un espace nécessaire d’environ 75 m2).

L’expression même de fab lab correspond à l’espace inventé par Neil Gershenfeld et reconnu par le MIT. Les bibliothèques publiques, bien que s’inspirant fortement de sa philosophie et de ses principes, ne sont cependant pas obligées de se conformer à tous les points de la charte. Sans doute, vont-elles devoir se pencher et réfléchir à quelle sorte de makerspace elles veulent pour leur communauté et leurs citoyens. On peut même imaginer que les bibliothèques publiques développeront leur propre homologation, répondant ainsi à leurs réels besoins.

Les fab labs possèdent des qualités « humaines » que les bibliothèques publiques vont sans doute pouvoir utiliser. On peut ainsi penser à un partenariat avec des écoles ou certains programmes particuliers, pour revaloriser le travail manuel, ce « faire » qui disparaît des écoles. Les enfants aiment naturellement bricoler (il n’est qu’à voir le succès des petits bricolages qui sont souvent proposés après l’heure du conte), ils sont certainement un public déjà acquis aux fab labs. Les adolescents, et ce n’est pas pour rien que plusieurs bibliothèques américaines ont développé des labs spécifiquement pour eux, sont aussi des usagers à privilégier dans cette entreprise, eux qui délaissent la bibliothèque publique à cet âge particulier de la vie… Plus globalement, le fab lab, un terrain neutre qui propose une littératie nouvelle, où tout le monde se retrouve un peu sur le même pied d’égalité et où chacun est encouragé à partager ses connaissances, pourrait être un lieu de mixité, de réconciliation sociale.

En venant à la bibliothèque pour fabriquer (comme on y vient pour lire), c’est un véritable moyen de s’approprier le lieu qui est proposé ici. En permettant aux usagers de créer, en favorisant l’émergence de projet individuel et communautaire, le fab lab leur offre par là-même la possibilité de s’épanouir personnellement et de faire rayonner la bibliothèque dans sa communauté.

On peut lire l’article complet sur Espace B.

| Image : Marc-Olivier Ducharme, source : échoFab, licence : CC BY-NC-SA 2.5 CA |

About these ads

9 réponses à “Un fab lab, c’est pour imprimer des qualités humaines en 3D dans la bibliothèque

  1. Pingback: Un fab lab, c'est pour imprimer des qualit&eacu...·

  2. Pingback: conceptuelle | Pearltrees·

  3. Pingback: nouveau service | Pearltrees·

  4. Pingback: Un fab lab, c'est pour imprimer des qualit&eacu...·

  5. Pingback: Un fab lab, c'est pour imprimer des qualit&eacu...·

  6. Pingback: Un fab lab, c’est pour imprimer des quali...·

  7. Pingback: Outils | Pearltrees·

  8. Pingback: Tiers lieux | Pearltrees·

  9. Pingback: Veille numérique | Pearltrees·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s